La RDC accuse la Zambie de vouloir annexer une partie de son territoire – KivuPress
Connect with us

République démocratique du Congo

La RDC accuse la Zambie de vouloir annexer une partie de son territoire

Publié

le

Le gouvernement congolais a accusé, vendredi, la Zambie de vouloir annexer une partie du territoire du sud-est de la République démocratique du Congo (RDC) et a décidé de déployer des troupes supplémentaires dans deux villes frontalières avec la Zambie.

“Les tensions persistent à la frontière entre la Zambie et la RDC, vers Pweto où les Zambiens manifestent des velléités d’annexion d’une partie de notre territoire.”, a déclaré le vice-premier ministre congolais en charge de l’intérieur et sécurité, Gilbert Kankonde, lors de la trentième réunion du Conseil des ministres tenu, vendredi, à Kinshasa et présidé par le chef de l’Etat Felix Tshisekedi.

Cette déclaration a été relayée dans un compte-rendu de ce conseil.

Kinshasa a décidé, à cet effet, “le renforcement du dispositif militaire dans les territoires de Moba et Pweto au regard des informations sur le déploiement de moyens militaires de la Zambie à notre frontière”, précise le même document dont KIVU24 a reçu une copie.

“Des solutions diplomatiques sont envisagées pour régler ce malentendu”, précise encore le gouvernement congolais.

La Zambie revendique le village de Kibanwa dans la province de Tanganyika, en RDC, un village qui, selon Lusaka, appartenait à la Zambie avant l’indépendance de la RDC en 1960.

En mars dernier, les armées de deux pays s’étaient affrontées après que l’armée zambienne a fait incursion dans le village disputé y implantant même le drapeau zambien en remplacement des couleurs de la RDC.

Les unités des forces lacustres des deux pays s’étaient affrontés, suivies de l’aviation zambienne accusée, à plusieurs reprises de faire des incursions dans le ciel congolais.

Quatre morts [deux soldats congolais et deux du côté zambien] étaient morts dans ces incidents, selon Kinshasa, qui avait dépêché la cheffe de sa diplomatie, une semaine après, pour une visite éclair à Lusaka. Les autorités des deux pays n’ont jamais commenté ces incidents.

Dernières nouvelles

COVID-19

Girl in a jacket