Non, un Prix Nobel japonais n’a pas dit que le coronavirus a été inventé en laboratoire – KivuPress
Connect with us

Fact-checking

Non, un Prix Nobel japonais n’a pas dit que le coronavirus a été inventé en laboratoire

L’immunologue japonais Tasuku Honjo nie avoir fait une telle affirmation.

Publié

le

Une publication virale affirme faussement que le Prix Nobel de médecine de 2018 Tasuku Honjo aurait dit que le coronavirus ne serait pas « naturel » et que « la Chine l’a fabriqué ». La publication prétend également que le chercheur aurait travaillé dans un laboratoire de Wuhan, en Chine, ce qui est faux.

Dans le texte qui est attribué au scientifique japonais, on prétend qu’il aurait déclaré que le SRAS-CoV-2 est fabriqué et […] complètement artificiel et qu’il proviendrait d’un laboratoire chinois.

Le professeur Tasuku Honjo, qui travaille à l’Université de Kyoto, a immédiatement réagi par voie de communiqué pour démentir avoir dit une chose pareille.

Je suis très attristé d’apprendre que mon nom et celui de l’Université de Kyoto ont été utilisés pour répandre de fausses accusations et de la désinformation.Tasuku Honjo, professeur distingué, Université de Kyoto et Prix Nobel 2018 de médecine

Le chercheur a ajouté que toutes les énergies sont nécessaires pour traiter les malades et que la diffusion d’affirmations non prouvées sur l’origine de la maladie est une distraction dangereuse.

Le directeur de la communication de l’Université de Kyoto, David Hajime Kornhauser, a indiqué à l’Agence France-Presse qu’un faux compte Twitter usurpant l’identité du chercheur propageait de nombreuses fausses informations.

Le chercheur n’a jamais travaillé à Wuhan

La publication affirme que le professeur Honjo travaillerait depuis quatre ans dans un laboratoire de Wuhan. On prétend qu’il aurait dit : Je connais bien tout le personnel de ce laboratoire. Je les ai tous appelés, après l’accident de Corona [sic], mais tous leurs téléphones sont morts depuis 3 mois. Il est maintenant entendu que tous ces techniciens de laboratoire sont morts.

En réalité, Tasuku Honjo n’a jamais travaillé en Chine, selon ce que démontrent deux versions de son curriculum vitae qui peuvent être trouvées en ligne. Il travaille à l’Université de Kyoto depuis 1984.

Il est colauréat du prix Nobel de médecine 2018 avec le chercheur américain James P. Allison pour leurs travaux sur l’immunologie et le cancer.

Une propagation inégale

Dans la publication fausse, on affirme que le coronavirus ne peut pas être naturel, car il se serait propagé dans tous les pays de la même façon. Selon la publication, si le virus était d’origine naturelle, il n’aurait touché que les pays qui ont le même climat que la Chine. Il se propage dans un pays comme la Suisse, de la même manière qu’il se propage dans les zones désertiques, peut-on lire dans la publication.

Cette prémisse est fausse, selon l’immunologue Tatiana Scorza, professeure au Département de sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Dire que le comportement du virus est égal partout, c’est faux.

Est-ce que ce virus affecte tous les pays de la même manière? Je constate que non. Je constate que certains pays ont eu un meilleur contrôle.Tatiana Scorza, immunologue, UQAM

Bien que le coronavirus se soit aussi propagé dans des pays chauds, la chercheuse explique que la température a pu influer légèrement sur la transmission du virus. Une haute température peut faire en sorte qu’on a moins de transmissions par les gouttelettes, sans affecter la transmission par les surfaces contaminées, explique-t-elle.

Elle souligne toutefois que, pour un virus comme le SRAS-CoV-2, l’impact de la température est minime. Ce sont surtout les virus transmis par des vecteurs, par des moustiques, par des insectes, qui sont plus modulés par la température, souligne-t-elle.

L’hypothèse d’une fuite accidentelle étudiée par Washington

Étant donné que la pandémie est d’abord apparue dans la ville de Wuhan, qui abrite aussi un laboratoire de virologie, les autorités américaines étudient la possibilité qu’il y ait eu des fuites accidentelles de ce laboratoire.

Toutefois, Washington ne croit pas que le virus aurait été créé de façon artificielle. L’hypothèse soulevée par les États-Unis serait qu’il pourrait s’agir d’un virus naturel qui aurait été étudié en laboratoire et qui aurait pu s’en échapper à cause de mesures de sécurité insuffisantes.

Cette hypothèse n’a toutefois pas encore été démontrée. Le directeur du laboratoire de virologie de Wuhan affirme de son côté qu’il est impossible que le virus provienne de là.

Une étude internationale publiée en mars dernier dans la revue Nature indique par ailleurs qu’il n’y a aucune trace de manipulation artificielle dans le SRAS-CoV-2.

Dernières nouvelles

COVID-19

Girl in a jacket