Non, Bill Gates ne veut pas vous implanter une micropuce à l’aide d’un vaccin – KivuPress
Connect with us

Fact-checking

Non, Bill Gates ne veut pas vous implanter une micropuce à l’aide d’un vaccin

Publié

le

Précédent1 de 6
Utilisez les flèches ← → pour parcourir

Bill Gates a longtemps été l’objet de théories du complot, mais la situation actuelle est inédite : de janvier à avril, son nom a été associé aux origines du coronavirus plus d’un million de fois, et rien ne porte à croire que cette tendance est près de s’estomper. Ce faisant, le milliardaire philanthrope est devenu la cible principale des fausses nouvelles liées à la pandémie de COVID-19.

Cette statistique est tirée d’une analyse du New York Times et de la firme Zignal Labs, qui ont suivi l’évolution de discours conspirationnistes à la télévision et sur les réseaux sociaux. M. Gates, qui vaut plus de 100 milliards de dollars, a assumé le rôle autrefois occupé par George Soros, le richissime financier américain devenu ces dernières années le bouc émissaire d’innombrables théories du complot issues de l’extrême droite, peut-on lire dans l’article du quotidien.

Dès le début de la pandémie, des théories conspirationnistes ont prétendu que Bill Gates avait prédit la pandémie actuelle et qu’il avait déjà créé un vaccin contre le coronavirus.

Elles ont rapidement été démenties, notamment par les Décrypteurs, mais cela n’a pas empêché l’émergence d’autres fausses rumeurs au sujet du cofondateur de Microsoft, dont une théorie du complot fort populaire disant que Bill Gates veut implanter une puce dans les gens au moyen d’un vaccin contre la COVID-19.

Les théories du complot ont toujours fleuri autour de gens ou de groupes puissants perçus comme étant motivés par leurs propres intérêts. Même si la question spécifique de Bill Gates n’a pas été étudiée académiquement, c’est facile de voir pourquoi il entre parfaitement dans cette catégorie, analyse le psychologue social Daniel Jolley, qui étudie la psychologie des théories conspirationnistes en plus d’avoir publié un livre sur le sujet.

Bill Gates s’est principalement concentré sur la philanthropie à travers la fondation Bill et Melinda Gates, dont la mission est d’améliorer les soins de santé et de réduire l’extrême pauvreté, après son départ de Microsoft en 2008. Et l’un des chevaux de bataille de la fondation, dont la dotation s’élève à plus de 45 milliards de dollars américains, est de faciliter l’accès aux vaccins pour les pays en développement.

Ce pouvoir financier, cet intérêt soutenu pour les vaccins, un investissement de 250 millions de dollars de la fondation pour combattre la COVID-19, d’importantes contributions monétaires à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le financement de sept usines qui pourraient aider à la production de sept potentiels vaccins contre le coronavirus alimentent la plupart de ces théories conspirationnistes.

Professeure au Département de communication de l’Université de Sherbrooke, Marie-Ève Carignan fait partie d’une équipe de recherche qui mène une enquête sur les impacts psychosociaux liés à la COVID-19. Elle a rendu publics la semaine dernière les résultats préliminaires d’un sondage portant notamment sur l’adhésion aux conspirations, qui donne une idée des raisons qui poussent les Canadiens à y croire.

On constate que les gens qui adhèrent à ça font souvent moins confiance aux autorités officielles. Quelqu’un qui est un homme de pouvoir comme Bill Gates est une source de méfiance et non de confiance pour les gens qui ont tendance à croire aux théories conspirationnistes, analyse Mme Carignan.

Précédent1 de 6
Utilisez les flèches ← → pour parcourir

Dernières nouvelles

COVID-19

Girl in a jacket